« Mundus Volume 1 » de Laurent Queyssi et Oriol Roig chez @404Comics, by @BeaujouanN

Il y a certaines occasions qui font que l’écriture d’une chronique plus longue et plus complète doit être faite, surtout si l’œuvre dont elle parle est un bijou. Cela fait très longtemps que je ne me suis pas prêté à ce jeu et j’espère que cela vous plaira.

Il est donc question ici du dernier bébé d’une maison d’édition qui commence à prendre une place très importante dans mon petit cœur de lecteur, tant ce qu’elle produit est toujours d’une qualité scénaristique, visuelle et éditoriale irréprochable. Je parle bien sûr de 404 Comics. D’ailleurs, si vous suivez le collectif #NousSommesLes4PourCent, dont je fais partie, vous avez certainement dû voir les lives que nous avons fait avec le directeur de publication : le très talentueux Nicolas Beaujouan. La tradition fait qu’à chaque sortie ou presque, mes comparses et moi faisons un débrief de notre lecture avec ce cher monsieur, pour notre plus grand plaisir et j’espère le vôtre également.

Voilà pour la mise en bouche. Passons au cœur du sujet, ce qui m’amène ici à replonger dans les affres chronophages d’un blog, je parle bien sûr de « Mundus Volume 1 » de Laurent Queyssi et Oriol Roig, mais lorsque l’œuvre l’exige, il faut savoir mettre la main à la pâte ou à la chronique ici. Il vous faudra attendre le 25.08.2022 pour vous y plonger. Je sais l’attente sera longue, c’est pour cela que je remercie infiniment 404 Comics et Nicolas de me l’avoir envoyé en avant-première.

Dès la phrase d’accroche : « Nos Imaginaires prennent-ils vie quelque part ?« , j’ai su que j’allais être embarqué dans une aventure immersive, puissante et totalement jouissive. En effet, étant depuis très longtemps utilisateur, non pas du Sharingan, mais de cet exercice qu’est de créer son imaginaire lors de mes différentes lectures, cette question prend un sens encore plus fort ici pour moi. Et si tous les mondes, les aventures, les personnages que je me suis imaginé dans ma tête depuis que je sais lire vivent tangiblement sous une forme ou une autre ? Franchement, ça serait tellement démentiel !! Voir Druss ou Ténaka combattrent aux côtés des Tortues Ninjas sur les murailles de Troy, contre Shredder et Moriarty et passer d’univers en univers avec l’équipe de néo-aventuriers que nous découvrons dans « Mundus« , bah ça serait un joyeux bordel. Ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres. Mais vous aurez compris le concept.

Voilà ce que nous offre ici Laurent Queyssi, une histoire de voyages dimensionnels dans l’imaginaire d’Anaïs, Ben et Matt, nos trois malheureux héros du jour, qui vont se retrouver dans de fâcheuses positions (on se calme) bien malgré eux. Idée ô combien originale, faisant un bien fou à notre soif de nouveauté et de renouveau dans ce style de BD qu’est le comics. On sort totalement des super slips ou des polars bien noir pour une plongée dans l’inconnu totalement rafraîchissante et ô combien excellente. L’histoire est maîtrisée du début jusqu’à la fin, orchestrée d’une main de maître, sans temps mort ou fausses notes. On est tenu en haleine page après page pour notre plus grand plaisir et lire la suite nous apparaît tout simplement comme la seule chose à faire (tout de suite). Les personnages que l’on découvre petit à petit nous mettent l’eau à la bouche, ils sont gages d’un futur très encourageant pour l’histoire et nous font devenir accroc. Ce que j’aime dans les tomes 1 c’est qu’il y a toujours ce petit quelque chose qui pique notre curiosité, qui nous fait aimer l’univers, qui nous tient en haleine et qui promet une suite pleine de suspens et d’aventure. C’est totalement le cas ici.

Grâce à cette histoire géniale, ce comics prend un très bon départ d’autant plus avec l’univers graphique qui est de toute beauté et qui incarne parfaitement bien le monde créé par Laurent Queyssi. En effet, Oriol Roig, que je ne connaissais pas du tout, pose ses lettres de noblesse ici, avec un style incisif, soigné, précis et totalement immersif. On se prend totalement au jeu de sauter d’univers en univers avec notre troupe d’ado et de sérial killer et j’ai même retrouvé les sensations quand j’étais plus jeune et que je regardais un épisode de Stargate SG1 ou de Sliders. Cette sensation d’être aspirée par le vortex pour une nouvelle aventure dans l’inconnu, inquiétante et en même temps excitante. Le découpage des planches y est également pour beaucoup et il nous offre de très belles choses. Chaque page à son propre style ou presque et cela permet à nos yeux de toujours être en alerte, en mouvement. Offrant ainsi une lecture visuelle toujours renouvelée. Visuellement, c’est donc une totalement réussite.

Ce qui pourrait être également une folie et qui, je pense, pourrait plaire à pas mal de monde serait un « Mundus Multivers« . Je m’explique : prendre les différents univers répertoriés dans le catalogue de 404 Comics, comme « Jonna« , « We Live« , et même « Dunce » et créer une sorte d’épopée mystique et totalement WTF entre ces mondes et nos trois explorateurs adolescents de dimensions parallèles. J’espère que vous me suivez ? Mélanger la terreur d’ « Automnal« , avec l’humour de « Dunce » et la puissance de « Jonna » serait un total kiff ultime pour moi. Mais bon, je m’emballe légèrement. Au niveau des droits, univers graphique etc, ça serait légèrement le bordel.

J’en arrive à la fin de cette chronique et j’espère que je ne vous ai pas perdu en cours de route. Si vous ne l’avez pas encore compris, c’est une œuvre que je vous conseil vivement de découvrir, de lire et de partager tant elle est parfaitement bien construite au niveau de l’histoire et de l’univers graphique. D’autant plus avec cette édition plus que somptueuse et soignée que nous offre une nouvelle fois Nicolas et 404 Comics. Et je ne parle même pas du rapport qualité/prix : 16,90 €, pour un putain moment de lecture. Quoi de mieux dans ce bas monde ?

Note T.1 : 5/5.

LISEZ « MUNDUS » et rejoignez le collectif #NousSommesLes4PourCent, afin que le comics indé en France survive !!

Et vous, qu’avez-vous lu, découvert, aimez, partagez ? Ça m’intéresse d’échanger avec vous là-dessus.

Comme toujours, suivez-moi sur les réseaux sociaux ou directement sur ce blog, pour échanger avec votre serviteur et/ou être les premiers avertis lorsque paraît une nouvelle #chronique. Je viens également d’ouvrir un #insta, un compte @Babelio et je suis « Superlecteur » sur IZNEO, pour ce blog à retrouver sous les #nametag : yradon4774 (insta) et Yradon4774 (Babelio et IZNEO).

See you soon sur les ondes…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s